Les qualifications requises pour ouvrir un salon de coiffure

On compte aujourd’hui presque 75 000 établissements de coiffure en France. C’est l’une des activités commerciales les plus dense sur ce territoire, bien plus encore que les boulangeries. Ce secteur est d’ailleurs toujours en expansion, attirant encore chaque années de nombreux entrepreneurs.

Le diplôme de coiffeur

Pour ouvrir un salon de coiffure il convient que celui-ci soit placé sous le contrôle effectif et permanent d’une personne justifiant d’une qualification professionnelle. Il faut donc que vous, l’un de vos salariés ou votre conjoint collaborateur ou associé soit titulaire d’un des diplômes suivants:

  • Un brevet de maîtrise de la coiffure
  • Un brevet professionnel de coiffure
  • Un diplôme ou titre inscrit ou ayant été inscrit au répertoire national de certification professionnelle dans le même domaine que le brevet professionnel de coiffure et d’un niveau égal ou supérieur.

Vous pouvez cependant ouvrir un salon sans diplôme et même exercer une activité de coiffeur si vous respecter trois conditions particulières :

  • ne coiffer que des hommes
  • exercer cette activité en complément d’une activité principale (exemple : toiletteur de chiens)
  • l’exercer dans une ville de moins de 2000 habitants.

Ces conditions strictes servent notamment à éviter la concurrence déloyale entre coiffeurs.

Le stage de préparation avant d’ouvrir un salon de coiffure

Gérant d’un salon de coiffure est une profession qui dépend du secteur artisanal et donc de la Chambre des métiers. Il est alors obligatoire de suivre un stage de 4 jours qui a pour objet d’initier les créateurs d’entreprise au fonctionnement de l’entreprise : gestion de la trésorerie, financement des investissements, prévisions et contrôle de l’activité. Le prix du stage varie entre 200 et 300 euros mais il est possible d’en être dispensé dans les cas suivants :

  • Si vous avez été inscrit pendant plus de 3 ans au Registre du commerce et des sociétés
  • Lorsque vous avez exercé pendant plus de 3 ans une profession de cadre ou une activité agricole ou libérale
  • Si vous possédez le brevet de maitrise ou un diplôme homologue
  • Si vous avez déjà été inscrit au répertoire des métiers

Quelle forme de société pour un salon de coiffure ?

Il existe plusieurs options et le choix de la forme peut s’avérer déterminant pour l’avenir de votre entreprise. Il s’agit donc de bien choisir entre :

Le coiffeur auto entrepreneur

Même si cela paraît l’option la plus simple, il n’est pas forcément judicieux d’adopter le statut d’auto-entrepreneur. En effet, le montant du chiffre d’affaires est plafonné. Ainsi, si votre chiffre d’affaire annuel dépasse les 34 900 euros, le statut de votre salon basculera automatiquement dans le régime de l’entreprise individuelle. Il est donc plus pratique de choisir dès le départ ce statut.

Concernant le type de société, le choix dépendra de vos projets, objectifs et moyens.

Coiffeur et entreprise individuelle

Si vous souhaitez avoir le contrôle total de votre activité, notamment la possibilité de la transmettre comme bon vous semble, il vaut mieux opter pour une entreprise individuelle. Ce modèle implique cependant que votre responsabilité sera engagée en cas d’erreur.

Remarque : attention cependant, comme son nom l’indique, la société individuelle n’est pas prévue pour accueillir d’autres personnes. Abstenez vous de choisir ce statut si vous souhaitez ouvrir le salon avec votre conjoint.

Salon de coiffure : SAS ou SARL ?

Si vous êtes soucieux de mettre à l’abri votre patrimoine personnel en cas de difficulté de l’entreprise, mieux vaut pour vous d’opter pour la création d’une société, par exemple, une SAS ou une SARL qui vous permettra en plus de mieux développer votre activité. Vous pouvez rédiger les statuts de SAS ou les statuts de SARL sur LegaLife.fr. Nous nous occupons de tout, jusqu’à l’obtention du k-bis de la société.

Aussi, ce modèle sera obligatoire si vous risquez de manquer de moyens financiers. Le recours à des investisseurs peut s’avérer indispensable et pour les accueillir, la création d’une société s’impose, le capital social pouvant être divisé en différentes parts.

Les obligations liées à l’ouverture d’un salon de coiffure

Si vous ouvrez un salon, vous devrez vous soumettre à plusieurs règles contraignantes :

En matière de publicité des prix et de facturation tout d’abord : l’affichage des prix doit être toutes taxes comprises et la facture doit contenir, entre autres, la somme à payer hors taxes et toutes taxes comprises.

Comme tous les établissements recevant du public, vous devez également respecter les règles de sécurité relatives aux incendies.

Votre salon devra également respecter des normes d’hygiène drastiques

S’agissant de la diffusion de musique au sein de votre établissement, une autorisation de la SACEM sera requise.

Comment ouvrir un salon de coiffure ?
4.83 (96.67%) 6 votes

A propos de l'auteur

LegaLife

LegaLife est un site proposant un accompagnement juridique simple et accessible aux TPE/PME et aux particuliers. Cette solution permet à nos membres de gagner du temps et d'économiser de l'argent face à leurs problématiques juridiques.

Ecrire un commentaire

1 commentaire