Conclure un PACS

L’essentiel sur le PACS

Savoir l'essentiel sur le PACS
Ecrit par Thomas Rivoire
Instauré en 1997, le pacte civil de solidarité (PACS) permet à deux personnes d’organiser leur vie à deux, sans pour autant franchir le pas du mariage. Même s’il demeure d’une grande souplesse et peu contraignant, il existe plusieurs points à connaître lorsqu’on s’engage par ce biais. Cet article vous permet de découvrir en quelques mots le fonctionnement de cette union civile.

Comment se pacser ?

Pour conclure un PACS, les partenaires ont deux solutions.

Jusqu’au 31 octobre 2017, les partenaires peuvent se présenter en personne au tribunal d’instance (TI) de leur lieu de résidence commune ou prendre un rendez-vous avez un notaire qui rédigera et enregistrera la convention.

A partir du 1er novembre 2017, ils pourront se présenter en personne à la mairie de leur résidence commune ou prendre un rendez-vous avez un notaire qui rédigera et enregistrera la convention.

Ils devront avant tout rédiger deux attestations sur l’honneur chacun :

Les futurs partenaires auront ensuite le choix entre rédiger leur convention de PACS eux-mêmes, faire rédiger la convention par un notaire ou générer une convention de PACS simplifiée en ligne grâce à LegaLife !

Que prévoir quand on se pacse ?

La loi aménage d’office certains aspects du pacte civil de solidarité, tandis que d’autres sont réservés à la volonté des partenaires.

D’une part, les partenaires se doivent une assistance et un secours mutuels. Ils pourront ainsi déclarer leurs revenus en commun et seront solidaires pour les dépenses du quotidien.

Par défaut, la loi prévoit ensuite la séparation des biens antérieurs au pacte, et la communauté pour les biens acquis conjointement, ou pendant l’union (à quelques exceptions près). Cependant, les partenaires peuvent décider de tout mettre en commun, ou de tout séparer, même pendant la durée de la convention de PACS.

Créez votre convention de PACS

Comment mettre fin à un PACS ?

Connu pour sa grande flexibilité, le PACS prend ainsi un terme de plusieurs manières :

  • Les partenaires s’accordent pour y mettre fin : ils n’ont alors qu’à prévenir l’autorité qui a enregistré la convention (le notaire ou le greffe/ l’officier d’état civil) qu’il n’est plus d’actualité.
  • Un partenaire adresse une lettre de rupture unilatérale à son partenaire et à l’autorité qui a enregistré le contrat, pour y mettre un terme. La rupture n’a pas à être expliquée ou justifiée, et elle prend effet dès qu’elle est enregistrée par le notaire ou le greffe.
  • Le mariage d’un ou des partenaires.
  • Le décès d’un ou des partenaires.
L’essentiel sur le PACS
4.92 (98.33%) 36 votes

A propos de l'auteur

Thomas Rivoire

Diplômé d'HEC Paris et titulaire du diplôme supérieur du notariat, j'ai plus de cinq années d'expérience au sein d'une étude de notaires. En tant que co-fondateur de LegaLife, je suis en charge du contenu juridique et du développement de l'offre de services que nous proposons à nos clients.

Ecrire un commentaire

1 commentaire

  • j’ai une question 🙁 j’explique ma situation j’ai un terrain, j’ai construis ma maison , mes enfants sur le même terrain ont construit leur maison , je suis passe chez le notaire pour faire la donation de ma part à mes enfants : j’ai garde la jouissance de ma part ; je vis depuis 18ans avec ma copine et naturellement je pense a la mort , je voudrai savoir si on se pacs ! a ma mort ! je pourrai lui faire
    profiter de la jouissance que j’ai signe chez le notaire merci de me répondre a cette adresse email